|

Pourquoi appliquer le Modèle de qualité?

 

IL FAUT DE NOUVELLES MÉTHODES D’AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ

La gestion des maladies chroniques, comme la MPOC, pourrait bénéficier de nouvelles méthodes d’amélioration de la qualité, qui incluraient l’évaluation continue de la prestation des services et des pratiques de soins aux patients (interventions spécifiques, programmes, cheminements cliniques), un suivi approprié et une amélioration continue.

 

L’amélioration de la qualité dans le passé

Traditionnellement, la qualité des soins prodigués aux patients était améliorée grâce à de la formation professionnelle informelle : révision de cas, sources de connaissances pertinentes et analyse d’erreurs perçues dans la prestation des soins.

Souvent, cette approche avait plusieurs faiblesses :

  1. Le contenu reflétait normalement des pratiques de soins extrêmes et des incidents graves.
  2. Il n’y avait aucun suivi systématique des processus de soins aux patients ni de la variation des résultats au fil de temps.
  3. Dans bien des cas, les discussions tendent à être hiérarchisées, le personnel critiquant rarement les soins dispensés.
  4. De plus, le fait de mettre systématiquement l’accent sur la responsabilité individuelle et l’identification des erreurs peut être perçu comme source d’un environnement de travail punitif, négatif ou méfiant.

 

Un coup d’oeil sur l’avenir

Il est nécessaire d’envisager davantage de méthodes innovatrices en matière d’amélioration de la qualité. Des projets collaboratifs, comme le présent Modèle de qualité, pourraient être un tremplin pour la mise en place de méthodes systématiques reconnues pour la gestion des maladies chroniques, dont la gestion thérapeutique.

Il faut alors relever les défis de trois tendances majeures dans l’organisation des soins de santé :

  1. Accorder davantage d’attention aux patients atteints de maladie chronique et à leurs besoins, en se fondant non seulement sur certains événements aigus, mais aussi sur la maladie chronique sous-jacente.
  2. Passer d’une approche fragmentée de soins à une gestion thérapeutique intégrée fondée sur des données probantes, appuyée dans l’établissement par des partenariats stratégiques.
  3. Mettre en œuvre des évaluations systématiques pour aider à orienter une approche soucieuse des coûts au moment de choisir les meilleures pratiques cliniques, et ce, en raison de la pression croissante sur les ressources financières restreintes.

La gestion des maladies chroniques, comme la MPOC, pourrait bénéficier de nouvelles méthodes d’amélioration de la qualité. Cette façon de faire pourrait aussi être utilisée pour d’autres maladies chroniques.